Transports à Tari

Tari, est une ville importante de la Southern Highlands Province, l’équivalent d’une ville de préfécture en quelque sorte. Toutefois, cette importance n’a rien à voir, ni avec sa taille, ni avec l’importance de sa population. Seulement peuplée de quelques centaines d’habitants, plusieurs pistes (ou pire de routes asphaltées défoncées) y convergent, mais aucune ne la relie à la Capitale du Pays. Toute la vie de Tari, depuis qu’elle a été créée au début des années 1950, s’articule autour de sa piste d’attérissage, le seul lien réel avec le monde extérieur. Alors l’arrivée despetits avions de la Air Nuigini ou de la MAF, suscite toujours un immense intérêt : le journal est débarqué, parfois un cercueil d’une personne qui rentre au pays pour son dernier voyage est sorti des cales, ou les spectateurs se demandent simplement quelles sont les personnes qui débarquent de l’avion.

Le vol de la Air Nuigini

Le vol de la Air Nuigini

Après plusieurs mois dans les montagnes, la vue de cet avion qui arrive a des allures de fil d’Ariane, ce lien vital qui me reliait toujours au monde, à mon monde. Je savais que je n’avais qu’à monter dans l’avion pour retrouver ma vie d’avant. Alors moi aussi je regardais l’avion arriver parfois, avec, dans des moments de grande fatigue, l’envie de tout envoyer ballader et de sauter dedans en me disant qu’à la sortie il y aurait un restaurant avec de la nourriture malsaine, une bière fraiche et une douche chaude… mais je me faisais une raison rapidement, et éventuellement, il me fallait contempler l’une de ses pistes qui allait se perdre dans les montagnes, parcourues uniquement par les vaillants PMV (Public Motorized Vehicles), seuls erzatz de transports en commun disponibles.

Public Motorized Vehicle

Public Motorized Vehicle

Tous ces bonheurs, je les ai fait subirs à mes deux héros dans « La tourmente du Serpent », je n’avais pas eu la vie facile et il n’y avait pas de raison qu’il en soit autrement pour eux. Inévitablement, Ulysse et Claire ont découvert Tari de la même manière que moi la première fois… peut-être même d’une manière un moins brutal maintenant que j’y pense, mais étrangement, c’est un endroit que l’on finit par aimer.

Publicités

À propos de Sébastien Cazaudehore

Sébastien Cazaudehore is the owner of the Hamadryade Lodge in the Ecuadorian Amazon, but also a french writer, author of "La tourmente du Serpent". The Hamadryade Lodge is an elegant example of contemporary architecture overlooking the rainforest's canopea, nested in the heart of an exuberant nature. The hotel has luxurious bungalows scattered in the tropical rain forest which offers a unique opportunity to fully live your Amazonian experience. Each bungalow is a tribute to the mysterious cultures of various Amazonian ethnic groups, a harmonious alliance between tradition and modern design. This hotel welcomes you into this hidden paradise and will make your stay the highlight of your trip. Voir tous les articles par Sébastien Cazaudehore

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :